HIPPIE HOURRAH – Hippie Hourrah!

Post-psychédélisme

(Simone Records 2021)

Les fans de rock des années 60 (en existe-t-il de moins de 40 ans aujourd’hui ?) auront saisi la référence, les fans des Black Lips l’auront aussi : le groupe canadien Hippie Hourrah a choisi son nom en hommage à une chanson de Jacques Dutronc, “Hippie Hippie Hourrah”, morceau dans lequel le toujours très narquois chanteur brocardait l’esprit flower power de l’époque, devenu depuis vingt ans un morceau incontournable de chaque concert des Black Lips. 

Le responsable communication pourra ainsi se féliciter : le nom du groupe est assez bien vu, et mémorable. Dans les faits, Hippie Hourrah est le nouveau projet de Cedric Marinelli, ex-leader du groupe du même nom (Les Marinellis), qui avait sorti deux excellents albums de garage 60s dans les années 2014-15 et qu’on avait eu le plaisir de voir tourner en France à cette époque. 

Dès la première écoute de son album, le groupe témoigne d’une volonté de s’inscrire dans une mouvance très présente en ce moment, celle d’une musique psychédélique qui va puiser son inspiration dans toutes les scènes internationales. Comment ne pas penser à Altin Gun et à cet improbable revival de la musique anatolienne à l’écoute de ce “Fantôme” à l’insistant riff (est-ce un saz ? une douze-cordes ?). La pop psychédélique de Hippie Hourrah est douce, ensoleillée, mélodique, mais, à l’image de “Poupée” elle ne se confine pas à un simple revival d’esthétiques vieilles d’un demi-siècle. On trouve des synthétiseurs qui apportent un doux parfum d’anachronisme, des mélanges de sons de diverses époques qui rendent l’album délicieusement actuel.

On est dans le post-garage, post-krautock, post-psychédélisme. Tout s’enchevêtre, à l’image de “L’ombre du soleil”, où, sur un rythme krautrock, on croise un sitar, des guitares inversées et du mellotron, avant d’enchaîner sur “Gibraltar”, qui rappelle le beach-goth des Growlers, la voix rocailleuse de Cedric Marinelli n’étant sans doute pas étrangère à cette sensation de familiarité. Sur “Un royaume nous attend”, on est dans la grande chanson planante décorée au sitar, ambiance patchouli, thé vert, tapis bariolés et tentures sur les murs. Ici le terme Hippie Hourrah n’a rien d’ironique comme dans la chanson de Dutronc, on est dans la perpétuation d’une scène musicale née à la fin des années 60 entre Londres et San Francisco et qui trouve en ce quatuor canadien de magnifiques ambassadeurs. 

 

Tracklisting

  1. Qui Sommes Nous?
  2. Fantôme *
  3. Poupée
  4. L’Ombre Du Soleil
  5. Parler Aux Étoiles
  6. Gibraltar *
  7. Sun Family
  8. Apprendre À Mourir
  9. Un Royaume Nous Attend *
  10. Sun Family (How to Go Out of Your Mind)

 

Vidéos

“Fantôme”

“Gibraltar”

“Un royaume nous attend”

 

Vinyle

 

S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Archives

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x