THE WHITE STRIPES – Dead Leaves and the Dirty Ground Sittin’ on top of the world

(Third Man / XL Records ; 2002)

Pour appuyer leur troisième album (White Blood Cells, sorti à l’été 2001), les White Stripes ont publié quelques 45 tours de très haute volée. « Dead Leaves and the Dirty Ground »  est le premier morceau de l’album ; celui qui affirme de façon évidente l’excellence de ce duo de Detroit et qui place l’auditeur en présence d’un grand disque.

La face B a été enregistrée en direct dans les studios Maida Vale pendant une des « Peel Sessions » que les White Stripes avaient réalisées pour la BBC et son DJ légendaire, John Peel. Le groupe avait déjà publié une reprise de ce morceau de Robert Johnson sur son premier album, sorti en 1999. Cette version, qui commence sur un tempo assez lent, donne une image assez précise de l’expérience live du groupe ; Jack White laisse sa voix haute s’échapper et se briser, alors que la frappe monolithique et sommaire de Meg règle le tempo. Caractérisé par un son puissant et brut, composé de riffs efficaces, de solos minimalistes et de ruptures de rythmes soudaines, le jeu de guitare de Jack White est alors ce qui peut s’écouter de plus excitant.

Ce disque des White Stripes est un des meilleurs 45 tours du groupe ; ses deux faces sont absolument irréprochables et restent comme le témoignage indéniable d’un groupe à son apogée. Le duo constitué par Jack et Meg White était au début des années 2000 le groupe le plus marquant de la planète rock’n’roll.

 

 

Liste des chansons :

Face A : Dead Leaves and the Dirty Ground *
Face B : Stop Breaking Down * (R. Johnson)

  

Vidéo :

 

Vinyle :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire