WHIRLWIND HEAT – Do Rabbits Wonder ? La planète des singes

(Third Man 2003)

Voilà un album fulgurant. Il convient d’être averti avant d’écouter Do rabbits wonder? – ces types là sont fous! Repérés en 2001 sur la fabuleuse compilation Sympathetic Sounds Of Detroit montée par Jack White (qui contient la crème de la scène de la Motor City), Whirlwind Heat est un trio batterie-basse-hurlements et dont les influences vont de Devo à Beefheart en passant par le Beck d’Odelay. Rien de très original si ce n’est que le groupe mené par Dave Swanson, absolument incontrolable sur scène, ne ressemble à rien de connu. En gros, le batteur tape un tempo métronimique tandis que le bassiste et le « chanteur » se roulent par terre et sautent dans tous les sens. Tel est le spectacle qu’on pu apprécier des milliers de gens médusés en première partie des White Stripes entre 2003 et 2004. De quoi laisser rêveur.

L’album – dont toutes les chansons portent un nom de couleur – est plus construit que ces performances scéniques laissaient supposer mais n’en est pas pour autant complètement barré. A l’instar des Dandy Warhols, les Whirlwind Heat auraient pu le nommer Welcome to the monkey house… Aucune chanson ne correspond au schéma intro-couplet-refrain-etc classique. Toutes sont formées autour d’un gimmick et contiennent des lignes de basse qui représentent la seule forme de mélodie. La plupart sont excellentes, d’autant que les musiciens le sont tout aussi et ont de l’énergie à revendre.

Le jeu de batterie est monstrueux sur tous les morceaux et quand les lignes de basses sont inspirées, il en résulte des chefs d’oeuvre comme « Orange », « Purple » ou « Green » qui donnent envie de se rouler dans tous les sens à son tour. Encore une preuve du génie de Jack White qui a découvert le groupe puis produit et enregistré cet album dérangeant et inspiré.

 

 

Tracklisting :

1. Orange   *
2. Black   *
3. Purple  *
4. Tan
5. Green  *
6. Blue  *
7. Yellow
8. Pink
9. Red
10. Brown
11. Silver
12. White  *
13. Grey

 

Vidéos :

« Purple »

 
« Orange » (live)
 
 

 

 

Vinyle :

Publié par Third Man, le label de Jack White, Do Rabbits Wonder possède un livret soigné et de magnifiques photos de pochette.

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire