A la une Albums UK Indie & Britpop

FONTAINES DC – Dogrel

(Partisan / Pias)

C’était un des disques les plus attendus de ce début d’année, après des mois d’attente et de hype savamment entretenue. En une poignée de singles et des performances scéniques remarquées, le groupe irlandais Fontaines DC (pour Dublin City) s’est placé parmi les groupes les plus prometteurs du moment.

Porté par un chanteur au charisme fou et aux textes mordants, le quintette avait réussi un run parfait avant son premier album avec quatre singles de haute volée : l’intense “Hurricane Laughter”, le post-punk “Too Real”, l’hymne pop “Liberty Belle” et le rock garage tubesque “Boys In The Better Land” (et sa formidable face B”Chequeless Reckless”).

On retrouve tous ces morceaux sur Dogrel, premier album du groupe d’excellente facture mais qui laisse un goût amer à quiconque suit le groupe depuis ses débuts. Groupe rock intense et branleur sur scène, Fontaines DC est étonnamment propre sur lui sur cet album qui sonne davantage comme de l’indie-rock des années 2000 façon Rakes que comme un groupe punk. On aimerait que ça sonne plus sec, plus rêche, mais Fontaines DC ont manifestement des aspirations pop, comme en témoignent les nombreuses chansons calmes qui peuplent l’album (“Television Screen”, sous influence Smiths, les ballades introspectives “Roy’s Tune” et “The Lotts”).

Pourtant le groupe excelle quand Grian Chatten se mue en Mark E. Smith irlandais et crache ses textes venimeux devant des rythmes post-punk aux lignes de basse hypnotiques. Dans ces moments de grâce, Fontaines DC est irrésistible, ses tubes deviennent des hymnes, d’autant que côté textes, le chanteur possède un bagout rare. Dès l’ouverture “Big”, il bombe le torse, affirme haut et fort “My childhood was small / But I’m gonna be big” et enchaîne ensuite les punchlines plus incisives les unes que les autres jusqu’à ce “Boys In The Better Land”, sorte de “Gloria” 2.0 aux allures de futur classique. Flamboyant, emballant, fulgurant, Fontaines DC l’est assurément, dommage qu’il ne le soit que par intermittence.

 

 

Tracklist

01. Big *
02. Sha Sha Sha
03. Too Real –
04. Television Screen
05. Hurricane Laughter *
06. Roy’s Tune
07. The Lotts
08. Chequeless Reckless *
09. Liberty Belle
10. Boys In The Better Land *
11. Dublin City Sky

 

 

Vidéos

“Big”

 

“Too Real”

 

“Boys In The Better Land”

Rédacteur en chef, webmonstre, chapeau rond, suiveur de modes, mauvaise foi.

2 Comments

  • jérémy 10 mai 2019

    merci eric pour cet article. il est toujours agréable et intéressant d’avoir ton avis sur un album et…. comme souvent je partage ton avis. Le groupe est vraiment bon dans une posture punk et désinvolte… BIG en intro c’est du costaud… mais il faut attendre quelques chansons pour retrouver cette gouaille et il est là le principale problème de l’album, la moitié de l’album est très banale.
    Sinon content de voir que le site n’est pas abandonner.

  • Ben 2 août 2019

    J’ai récemment vu une version live de l’excellente “Liberty Belle” (chez Jimmy Fallon) et, en plus des influences post-punk évidentes, ça m’a énormément rappelé les Strokes des débuts (notamment la version de “Someday” chez Letterman, notamment la descente vocale après le refrain).

    Sinon, dans le genre hype punk, vous avez pensé quoi de Shame ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

AllEscort