GLEN GLENN – Everybody’s Movin’ Les as du rock'n'roll, épisode 9

 

Hommage soit rendu à l’un des plus beaux rockabilly : le somptueux et rayonnant « Everybody’s Movin ‘ », presque aussi grand, noble… classique ! que le « Long Blond Hair » de Johnny Powers. Glen Glenn (notons le pseudo parfait, quoique imposé à M.G.Troutman qui s’en battait les flancs), un autre de ces nombreux qui-auraient-pu-être, avait la foi et le désir, avait la classe ; irréprochable fruit de l’Amérique par sa naissance (Joplin, Ozark Mountains dans le Missouri) destiné à la country dans laquelle il débutera sans peine ; et surtout oint du Roi, après sa rencontre personnelle avec Presley au terme du premier concert de celui-ci sur la côte Ouest à San Diego : révélation et conversion vers le pur rockabilly. Le service militaire l’a éloigné à Hawaï au moment inopportun, celui de son chef d’œuvre, le simple « Everybody’s Movin ‘/ I’m Glad my baby’s gone away » en janvier 1958, suivi de son gros succès « One Cup Of Coffee / Laurie Ann ». À son retour, en dépit de ses efforts, la chance ne lui sourira plus.

Ce qui hausse cet excellent chanteur et compositeur au-dessus de la foule hurlante et boppante, c’est une forme de flamboyance classieuse, qui en se passant d’âpreté et de sauvagerie sait être excitante. Fin et stylé, il avait un don pour les balades (« Kathleen », « Laurie Ann », et la meilleure, étonnamment rythmée : « Kitty Kat »), mais aussi pour les merveilleux tubes potentiels, comme « Blue Jeans & A Boy’s Shirt », « One Cup Of Coffee », propres à réconcilier la canaille musicologiste aiguisée avec les candides twisteurs du samedi soir : musique populaire par excellence, et au meilleur sens du terme.

Parmi ces titres-là, « Everybody’s Movin’ » s’impose sans conteste. Au rond soupir de guitare expectative répond la descente de contrebasse slappée assurée par l’accompagnateur de Cochran, Connie «Guybo » Smith. Quelques phrases tensives nous annoncent que ça va chauffer au bal ce soir, quand d’un coup le superbe élan vers le refrain, appuyé par la batterie, lance un appel impérieux à la danse unanime. Davantage qu’épitomé de la surboum sensuelle ou que compendium de la surprise party, Glen Glenn a gravé là une chanson immortelle.

  

 

Vidéos :

« Everybody’s Movin’ »

 
« One Cup Of Coffee »
 
 
« Kitty Kat »
 

 

A écouter :

Glen-Glenn-Story-LP-Ace-FrontUG.jpgRéférence pionnière, le volume The Glen Glenn Story (ACE CH 57, 1982) pourrait suffire. Les meilleurs morceaux sont accompagnés de démos et d’enregistrements en concert, mais peut-être un poil trop de reprises, certes talentueuses. Plus complet, Glen Rocks chez Bear Family en 2004.

 

 

Béroalde de Fuzz

Béroalde de Fuzz : plume flamboyante, garagiste nanardais, exhumeur de syntagmes.

1 Comment

  1. Vraiment au top cette série. Depuis j’ai vraiment redécouvert le rockabilly qui, auparavant, pouvait par certain coté me paraitre ringard (ces blancs qui swinguait avec du gel dans les
    cheveux…) mais depuis…

Laisser un commentaire