THE DATSUNS – Outta Sight/Outta Mind Hard rock

(V2 2003)

Les Datsuns ont décidé de la jouer sophistiqué pour leur deuxième album. Après leur premier épuré à l’extrême par l’incontournable Liam Watson – dans les studios londoniens de Toe Rag  qui ont accueilli l’Elephant des White Stripes –, le quatuor kiwi s’est attaché les services d’une légende du hard-rock en la personne de John-Paul Jones, bassiste de Led Zeppelin.

De mémoire d’auditeur, la seule fois où on a vu apparaître le nom de JPJ crédité aux arrangements fut en 1967 pour la chanson « She’s A Rainbow » tiré de Their Satanic Majesties Request, disque injustement honni des Rolling Stones. Allait-il enrober de violons arabisants le hard-rock garage des Datsuns? Evidemment, non. En fait, le son de cet album est énorme, au point de sortir le groupe de la catégorie garage et le faire évoluer dans les mêmes eaux hard-rock que Black Sabbath ou… Led Zeppelin.

La production est certes léchée – le groupe joue sur des guitares vintage ultra-rares et le vieil homme apporte une touche d’orgue cryptique sur certains morceaux –, cet album déçoit un peu. Hormis quelques bombes atomiques datsuniennes, la plupart de l’album sent le réchauffé. Les faces B de 2002 étaient meilleurs que « Messin’ Around », la molle « Cherry Lane », « You Can’t Find Me », « Go Find It », « Outta Sight/Outta Mind » qui reprennent les plans des meilleures chansons de The Datsuns. Le groupe va même s’égarer sur une ballade où Dolf livre sa plus mauvaise prestation vocale depuis les débuts du combo. La mélodie, plutôt agréable, est gâchée par ce chant pataud. Dommage, car « What I’ve Lost » voyait les Datsuns étendre leur registre et démontrer qu’ils ne sont pas un groupe à formule. Dolf excelle quand il hurle et que ses guitaristes envoient des gros riffs. C’est précisément ce qu’il manque à cet album sur la longueur car pour le reste, les Datsuns prouvent qu’ils sont un des grands groupes de la scène hard-rock actuelle.

« Blacken My Thumb » est le genre de chanson qui poussera votre voisin à sonner chez vous à 4h du matin; on y voit les Datsuns se frotter aux rock stoner des Queens Of The Stone Age pour le meilleur effet. Ce morceau s’écoute au volume maximum. L’enchaînement avec « That Sure Ain’t Right » procure un début d’album lourd et jouissif. Un des singles tirés de l’album est ce « My Girl’s Best Friend » qui ne convainc qu’à moitié malgré un son énorme (orgue, basse vrombissante). On blâme encore la voix balourde de Dolf qui s’exprime mieux dans le zeppelinien « Honk Kong Fury » ou ce bijou de « Lucille » dans lequel les Datsuns nous rappellent leur passion pour AC/DC avec des riffs bien sentis.

Le grand morceau de l’album demeure son ultime. « I Got No Words » contient le riff de basse de l’année 2004. Tandis que Matt Datsuns réveille le fantôme de John Bonham, la quatre cordes de Dolf envoie une ligne d’infrabasse qu’on croirait jouée par ce bon John-Paul. A moins que… non, n’écoutez pas les rumeurs. Ce morceau épique détonne dans le répertoire des Datsuns qui avaient sur leur premier album une approche un peu Ramones de la chose – la même chanson jouée au taquet pendant une heure – et qui ont mué en groupe de heavy-métal façon seventies.

Le premier album des néo-zélandais les avait avait vu investir un territoire vacant entre punk garage et hard-rock seventies. Le croisement de Radio Birdman et de Black Sabbath qu’il en avait résulté était explosif mais instable. Les Datsuns ont joué la sécurité en sortant de ces eaux troubles. Outta Sight/Outta Mind choque moins les oreilles que son prédecesseur et voit le groupe muer en machine de guerre heavy metal.

On craint que le défouloir punk que sont les Datsuns ne tournent rock gros cul et ne deviennent, à l’instar de The Darkness, un groupe de classic rock horripilant. Le monde n’a pas besoin d’un nouvel Aerosmith. Leurs concerts récents nous incitent tout de même à penser qu’ils ont une vision plutôt ramonesque d’un concert live. Pourvu qu’il en reste de même pour leurs albums.

  

 

Tracklisting : 

1. Blacken My Thumb  *
2. That Sure Ain’t Right  *
3. Girls Best Friend
4. Messin’ Around
5. Cherry Lane
6. Get Up! (Don’t Fight It)
7. Hong Kong Fury
8. What I’ve Lost
9. You Can’t Find Me
10. Don’t Come Knocking
11. Lucille
12. I Got No Words  *

 

Vidéos :

« Blacken My Thumb »

 
« Girl’s Best Friend »
 
 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

Laisser un commentaire