KO & THE KNOCKOUTS – Ko & The Knockouts Merveille

(Sympathy For The Record Industry 2002)

A Detroit, il y a une vie avant les Dirtbombs… Avant de rejoindre le groupe de Mick Collins (après la défection de Jim Diamond), Ko Shih avait enregistré un excellent album avec un groupe nommé (quelle imagination) The Knockouts. 

Dès la première note, la ressemblance de ce groupe avec les Detroit Cobras est frappante: ce disque de Ko & the Knockouts est un grand album de Rock’n’Roll. Cependant, si les influences sont les mêmes, l’approche musicale est sensiblement différente : le son des Knockouts est plus « garage », moins lisse que celui des Detroit Cobras. Le son de guitare, acéré (mais parfaitement maîtrisé) et la voix de Ko, douce et mélodieuse, font de cet album un disque beaucoup plus pop que la plupart de ceux de leurs collègues de Detroit: on est loin des Paybacks, Bantam Rooster et autres Buzzards. De plus, ce disque paraît avoir été enregistré avec une grande facilité… A l’époque, les groupes de rock de Detroit n’étaient pas encore brouillés: Pat Pantano prend la photo de l’album, Jim Diamond vient poser son orgue avec la classe qu’on lui connaît, Jason Von Bondie chante sur une piste, on découvre les noms des White Stripes dans la liste de remerciement…

Ko et ses deux compères jouent des chansons pop-rock construites avec soin, et dont les quelques solos de guitare ne sont jamais lourds et toujours efficaces. La batterie est parfaite: solide et enjouée, elle soutient les chansons, et répond sans faillir aux lignes de basse (celle de « Set me free » est tout simplement monstrueuse). Ce disque est truffé de belles chansons rock, « Go-Getter », « You’re on my mind », « I really hate you », « Twisting postman »… Avec la dernière chanson de la face A, « You did it », le groupe réussit avec succès le difficile passage « ballade de service »: une très belle chanson, bien interprétée, où l’orgue de Jim Diamond rejoint la guitare dans un pont exemplaire. Si « It’s alright », qui ouvre la face B, n’a rien d’extraordinaire, « If I », par contre, est la chanson qui aurait dû apporter gloire et fortune à ce groupe… Riff de guitare excellent, chœurs impeccables, batterie survoltée: ce morceau est une merveille de simplicité et d’efficacité.

Le disque se termine sur « Black and Blue ». Une autre version de cette excellente chanson est disponible sur l’extraordinaire compilation Sympathetic Sounds of Detroit produite par Jack White en 2001. « Black and Blue » est un résumé de ce que Ko & The Knockouts étaient capables de produire: une beau morceau de Rock, dont le riff incisif et le rythme dansant caractérise parfaitement la musique de ce groupe, qui n’existe (malheureusement) plus… 

 

 

Tracklisting :

  1. Black and Blue
  2. Cry No More
  3. Go-Getter
  4. I Really Hate You
  5. I Wanna (See You Again)
  6. If I
  7. It’s Alright
  8. Set Me Free
  9. Twisting Postman
  10. Wasted All Those Tears
  11. You Did It
  12. You’re on My Mind

  

 Vidéo

« Black & Blue »

  

Vinyle :

Au centre de la photo, Eddie Baranek, guitariste et chanteur des Sights, à droite, Ko Shih.

Ko & The Knockouts

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

  1. Magnifique album ! Dommage qu’il n’y ait pas eu de suite !
    Le genre de disque qui colle une bonne pêche pour la journée !
    L’ambiance garage meet power pop y est certainement pour quelque chose… Depuis Ko est devenue (l’une) des bassistes attitrée des Dirtbombs, et on ne va se plaindre ! Recommandé, les yeux fermés et les oreilles grandes ouvertes !!

Laisser un commentaire