J.J. JOHNSON – Cleopatra Jones Black is beautiful

(Warner 1973)

Le titre du film – et l’affiche originale incluse dans la pochette – annoncent une bande originale de premier plan. Etonnamment, le 1er morceau « Theme from Cleopatra Jones », écrit par Joe Simon, est plutôt calme. On y trouve quand même une ligne de basse hypnotisante, quelques trompettes qui réveillent mais le tout manque quand même de groove. Le disque décolle vraiment au morceau 4, « Airport Flight » de Carl Brandt, où un solo de fuzz répond aux violons et trompettes endiablés avant un break dévastateur. On souffle un peu et la basse relance la machine pour un retour en force des trompettes qui ouvrent la voie à un épique solo de saxophone. On y est!

Après plusieurs morceaux d’ambiance – B.O. oblige – JJ Johnson reprend les choses en main avec la suite « Going to the chase »/ »Go chase Cleo » et propose une rythmique basse/marimbas secouée par les inévitables trompettes. Le résultat est efficace. En avant dernière position, Carl Brandt revient avec un « Wrap Up » à base de violons, trompettes et basse qu’un efficace solo de guitare rend irrésistible. On n’est plus dans l’extravagance d’ « Airport Flight » mais le résultat vaut quand même le détour.

Au final, cette B.O. blaxpoitation est tout simplement indispensable, pour les morceaux sus-cités mais aussi pour les magnifiques instrumentaux, entre polar et fragrances soul plus calmes.

 

Sélection Grosse basse et trompettes : « Airport Flight », « Go Chase Cleo »

Pour la forme, « Theme From Cleopatra Jones » par Joe Simon

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire