CREAM – Disraeli Gears Du blues du blues du blues

(Reaction 1967)

Deuxième album des modestement nommés Cream – premier supergroupe de l’histoire du rock avec Eric Clapton, Jack Bruce et Ginger Baker – Disraeli Gears est l’album où le power trio anglais a effectué sa mue psychédélique. La nouvelle coupe de cheveux – permanentée – de Clapton, le son plus agressif et les vêtements délirants du combo démontrèrent alors l’influence de Jimi Hendrix qui a donné un coup de pied magistral dans la fourmilière blues-rock anglaise.

Ici Clapton assume enfin son rôle de guitar hero dans un groupe pop (il avait quitté les Yardbirds en 1965 car ils s’éloignaient du blues) et veut en découdre avec le gaucher en passant son arsenal de riffs blues à la sauce psychédélique. Le résultat est étonnamment calme – on est loin des Pretty Things – mais executé avec maestria et les compositions sont bien meilleures que celles du précédent Fresh Cream.

L’album ne contient que des morceaux courts, très pop finalement, à l’image de l’excellent « Strange Brew », de « World Of Pain » ou encore « Blue Conditions » qui sont plutôt apaisés. On trouve quelques morceaux planants tel ce « Tales Of Brave Ulysses » et un « Dance The Night Away » sous influence Jefferson Airplane. La grande force de Cream réside néanmoins dans l’attaque frontale et les riffs fulgurants de « Sunshine Of Your Love », « We’re Going Wrong » ou « SWLABR » dans lesquels Clapton nous rappelle pourquoi on le surnommait « God ».

De façon générale, la face B du disque est plus énervée et contraste franchement avec la léthargie pop de la face A, révélant un groupe à plusieurs facettes. On retrouve même deux blues de structure classique (« Outside Woman Blues » d’Arthur Reynolds et un « Take It Back » taillé sur mesure pour « slowhand ») qui nous rappellent les racines du trio. On ne parlera pas des paroles – par politesse tant il semble qu’elles étaient le cadet des soucis du groupe – pour rappeler que ce disque est sorti en 1967, année bénie des dieux où semble-t-il aucun mauvais album n’a été publié.

Petite anecdote, Hendrix a souvent repris « Sunshine Of Your Love » en concert, preuve que Cream ne le laissait pas indifférent. La concurrence entre son Experience et le groupe anglais hissera le blues vers des sommets inégalés.

http://www.jackbruce.com/cream/

 

 

Tracklisting :

  1. Strange Brew  *
  2. Sunshine Of Your Love *
  3. World Of Pain *
  4. Dance The Night Away
  5. Blue Condition
  6. Tales Of Brave Ulysses *
  7. S.W.L.A.B.R *
  8. We’re Going Wrong
  9. Outside Woman Blues
  10. Take It Back
  11. Mother’s Lament

 

Vidéos :

« Sunshine Of Your Love »

 
« Strange Brew »
 

 

Vinyle :

Recto comme verso, la pochette donne dans le collage psychédélique.

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

  1. J’ai écouté cet album tellement de fois ;le meilleur album studio de CREAM !
    J’aurais aimé un son plus fort ,mais au fil des décennies écoulées ,je m’y suis habitué !

Laisser un commentaire