THE SOUNDTRACK OF OUR LIVES – Golden Greats No.1 Honnête

(Little W 2011)

Voilà typiquement le groupe qu’on a trop vite classé parmi les groupes chiants la première fois qu’on l’a entendu. Au début des années 2000, quand The Soundtrack Of Our Lives ont fait parler d’eux pour la première fois, la scène rock était enthousiasmante, garnie de jeunes groupes fougueux qui promettaient un retour du garage, du psyché, de la pop léchée et de l’attitude rock’n’roll au premier plan. Or The Soundtrack Of Our Lives chantaient un rock indé mélodique mais un rien pataud, agréable mais dénué d’urgence et de fougue. A l’image de leur opulent chanteur barbu au charisme proche du néant, le groupe manquait de personnalité. Pire que tout, ils avaient été adoubés par Noel Gallagher. Oasis étaient alors à la ramasse, égarés entre deux albums inconsistants, incapables de pondre quoi que ce soit d’enthousiasmant, et le sceau d’approbation de l’ainé des Gallagher avait tout du baiser de la mort.

Une décennie a passé depuis la percée du groupe suédois qui a sorti fin 2011 un double album censé compiler ses meilleurs morceaux. Autant dire que la nouvelle d’un best of de The Soundtrack Of Our Lives n’a pas enthousiasmé grand monde. Néanmoins, on a tenu – plus par curiosité qu’autre chose – à écouter l’objet (par ailleurs magnifique avec ses deux vinyles colorés) afin de réévaluer l’œuvre du groupe dont on n’avait entendu que des bribes en 10 ans. Ô surprise, c’est avec un certain bonheur qu’on a redécouvert un groupe doué et une œuvre riche de pépites.

Ce double album retrace l’histoire du groupe de manière plus ou moins chronologique et permet de constater l’admirable constance de The Soundtrack Of Our Lives à travers les décennies. On y rencontre un groupe doué pour les chansons pop bien troussées, dans la veine de ce qui se faisait du côté du nord de l’Angleterre à l’époque de la britpop, telle la superbe « Instant Repeater ’99 » sortie en 1996, et digne d’Oasis. Très tôt dans l’album on arrive aux titres du troisième album (Behind The Music, sorti en 2001, et qui a fait connaître le groupe à l’international) et la similitude avec l’Oasis de Heathen Chemistry devient alors gênante. Qui a copié l’autre ? On se le demande, mais il est fort probable que Noel Gallagher soit aller piocher le son de l’Oasis des années 2000 chez le groupe suédois. C’en est presque grotesque : collez la voix de Liam Gallagher sur « Sister Surround » et vous avez un inédit d’Oasis. Et « Believe I’ve Found » est clairement une ballade à la Noel Gallagher dans sa construction. Difficile aussi de ne pas penser à « Lyla » des frangins quand on écoute « Confrontation Camp » des suédois (qui date aussi de 1996 et de l’album Welcome to the Infant Freebase).

En cela, nombre des meilleurs morceaux sur cette compilation devraient surprendre les amateurs d’Oasis. Cela dit, The Soundtrack Of Our Lives possède sa personnalité propre et ne donne pas seulement dans le rock épique à gros refrains et grosses guitares… et étrangement c’est dans ce registre plus intimiste que le groupe convainc le moins. On entre dans un registre pop plus générique sur « Firmament Vacation » dont la mélodie est un peu laborieuse et la production un peu lourde. Idem pour « Thrill Me » au riff de guitare un peu gros-cul ou « Nevermore », un chanson bien faite mais pas passionnante. Nombreux sont ainsi les morceaux de cette compilation à s’écouter d’une oreille distraite qui confirment pourquoi on avait casé The Soundtrack Of Our Lives parmi les groupes de troisième division. Néanmoins, au détour d’un titre longuet, surgit de temps en temps une mélodie limpide sortie de nulle part. C’est la cas de « Flipside », emballant passage folk-rock, l’acoustique « Second Life Replay » et surtout de « Broken Imaginary Time », sans doute la plus belle chanson écrite par le groupe. Un titre profond, porté par un orgue hanté, une descente de basse superbe et une interprétation sans faille qui reste longtemps en tête. Ne serait-ce que pour ce morceau, cet album mérite qu’on se penche dessus, et The Soundtrack Of Our Lives méritent qu’on leur reconnaisse le titre d’honnêtes artisans de la pop.

 

 

Tracklisting

LP1
1. Instantly Repeater ’99 *
2. Century Child
3. Sister Surround *
4. Believe I’ve Found
5. Earthmover
6. Karmageddon
7. Lifeline
8. Firmament Vacation
9. Thrill Me
10. Demophon

LP2
1. Nevermore
2. Bigtime
3. Confrontation Camp
4. Broken Imaginary Time *
5. Still Aging
6. The Passover
7. Tonight
8. Flipside *
9. Jehovah Sunrise
10. Second Life Replay *

 

Vidéos :

« Sister Surround »

 
« Instant Repeater 99 »
 
 
« The Passover »
 
 
Vinyle :
 
Un double vinyle jaune plutôt joli, dommage seulement que la pochette ressemble à celle d’un mauvais bootleg faite avec Wordart.
 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

1 Comment

  1. C’est vrai que je suis passé à côté du groupe également… et Sister Surround c’est assez bluffant effectivement le parralèle avec Oasis.

    Sur la compilation Gloria il y avait un bon morceau du groupe qui n’est pas sur la compil, un single de 1999 :

    <iframe width= »420″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/WbhIMnGHALY » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe>

Laisser un commentaire