THE ZUTONS – Who Killed the Zutons Le retour des zombies

(Deltasonic 2004)

Il se passe quelque chose à Liverpool en ce moment. Dans la foulée des excellents Coral sont arrivés les Zutons qui après un premier single raté (« Creepin’ and crawlin' », pâle copie desdits Coral) ont mis les bouchées doubles pour nous offrir ce petit chef-d’oeuvre.

Who killed the Zutons ? est le premier album idéal. Très bien écrit, très bien interprété, ce disque ne ressemble à rien de connu. On peut y rapprocher la musique psychédélique du Gong de Camembert Electrique pour l’énergie et le saxo endiablé mais aussi le R’n’B des années 60-70 et les ambiances vaudou de Dr John ou encore les Beatles période Rubber Soul

Ce qui frappe avec ce disque c’est l’immédiateté des chansons. Dès la deuxième écoute, on connaît l’album par coeur : les excellentes ballades byrdsiennes comme « Remember me » et les morceaux déjantés « Zuton Fever », « You will you won’t » et « Havana Gang Brawl » ou encore le magique « Pressure Point » sont des classiques instantanés qui portent la griffe de leurs interprètes.

L’album, malgré un léger essoufflement vers la fin, présage de grandes choses de la part de ce quintet (qui par ailleurs déménage pas mal sur scène). Combien de groupes peuvent se prévaloir d’avoir su se créer une identité à part dès le premier album?

 

 

Tracklisting :

  1. Zuton Fever  *
  2. Pressure Point  *
  3. You Will You Won’t  *
  4. Confusion  *
  5. Havana Gang Brawl  *
  6. Railroad
  7. Long Time Coming
  8. Nightmare Part II
  9. Not A Lot To Do
  10. Remember Me  *
  11. Dirty Dancehall  *
  12. Moons And Horror Shows

 

Vidéos :

« You Will You Won’t »

 
« Pressure Point »
 
 
« Confusion »
 
 
« Remember Me »
 

 

Vinyle :

La pochette de l’album donne dans le psychédélique : des lunettes 3D sont nécessaires pour la regarder (eles sont fournies avec le disque). La pochette intérieure propose les textes des morceaux.

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire