THEE OH SEES – Putrifiers II Pause

(In The Red 2012)

Depuis le sommet créatif atteint avec Carrion Crawler / The Dream, Thee Oh Sees semblent intouchables, au dessus de la mélée. En concert comme sur disque, leur formule kraut’n’roll rodée emporte tout sur son passage. John Dwyer est le roi de San Francisco et du rock garage américain. Pour autant, le chanteur ne se repose pas sur ses lauriers. En publiant Putrifiers II (à la pochette exemplaire de laideur), il continue sur son rythme d’un album tous les six mois, perpétuant ainsi la légende de son hyperactivité.

C’est connu désormais, Thee Oh Sees enregistrent de deux façons : a) en groupe, ce qui donne des disques violemment groovy et psychédéliques (Help, Carrion Crawler, Warm Slime), généralement publiés sur In The Red, ou b) en solitaire, quand Dwyer donne congé à ses collègues et enregistre des disques intimistes (Dog PoisonCastlemania), publiés surtout sur Castleface. Cette version du groupe, faite de nombreux featuring d’amis, n’a souvent d’Oh Sees que le nom.

Pour Putrifiers II, il semble qu’on ait droit à la version b). L’album, extrêmement poli et pop, voit Dwyer s’amuser à tisser des mélodies psychédéliques douces et à les enrober d’arrangements classieux (violoncelle et clarinette sur « Wicked Park », qui possède un côté berceuse à la Kevin Ayers, « Goodnight Baby » et son violon). Si l’album est globalement calme, il s’ouvre toutefois sur un titre trompe-l’œil nommé « Wax Face » où on retrouve l’incomparable pulsation du groupe. On trouve un seul autre morceau dans la même veine sur l’album, nommé « Lupine Dominus », si bien que Putrifiers II s’avère être un album extrêmement varié, au croisement des productions récentes des Oh Sees, pas vraiment le genre de groupe à s’enfermer dans une routine.

On trouve ainsi toutes sortes de choses ici : « Flood’s New Light », derrière son bourdonnement de fuzz, est un morceau très pop, presque glam. « Goodnight Baby » est un pur exemple de pop west coast sous influence Byrds comme on le concevait il y a 45 ans. « Hang A Picture » est un belle ballade psychédélique douce, « Will We Be Scared ? » ramène aux Oh Sees délicats et introspectifs de Hounds Of Foggy Notion, « Wicked Park » est une jolie berceuse illuminée d’instruments qui lui donnent un côté médiéval. Par contre, la lente procession de « So Nice » mime un peu trop le Velvet Underground d' »All Tomorrow’s Parties » (et ses violons stridents) pour être honnête. Est-ce un effet collatéral du fameux album de reprises du Velvet Underground sorti en fin d’année ?

Toutes ces belles choses font de Putrifiers II un album  agréable, bien qu’évidemment mineur dans le répertoire des Oh Sees. On peut le considérer comme une respiration, une pause, en attendant le prochain véritable album de John Dwyer et Thee Oh Sees en tant que groupe.

 

 

Tracklisting :

  1. Wax Face *
  2. Hang a Picture *
  3. So Nice
  4. Cloud #1
  5. Flood’s New Light  *
  6. Putrifiers II
  7. Will We Be Scared
  8. Lupine Dominus *
  9. Goodnight Baby
  10. Wicked Park *

 

Vidéo :

« Lupine Dominus »

 

Vinyle :

« Tu vas voir elle pas si moche cette pochette, en fait c’est un pochoir »

Thee Oh Sees - Putrifiers II

« Ah ben non, c’est encore pire comme ça… »

Thee Oh Sees - Putrifiers II

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

4 Comments

  1. Ah putain je l’adore ce disque, j’ai découvert thee oh sees sur le tard avec cet album et me suis immédiatement jeté dans leur discographie (avec l’aide de planetgong évidemment), ben pas déçu !

  2. Mais que ce passe-t-il sur planetgong ? Que de chroniques ! J’avais vu ce disque il y a peu chez dangerhouse j’ai failli l’acheté mais la pochette… merde quoi. Bref je suis pas reparti les
    mains vide, « Sugar Babies »… 

  3. Ah putain je l’adore ce disque, j’ai découvert thee oh sees sur le tard avec cet album et me suis immédiatement jeté dans leur discographie (avec l’aide de planetgong évidemment), ben pas déçu !

  4. Mais que ce passe-t-il sur planetgong ? Que de chroniques ! J’avais vu ce disque il y a peu chez dangerhouse j’ai failli l’acheté mais la pochette… merde quoi. Bref je suis pas reparti les
    mains vide, « Sugar Babies »… 

Laisser un commentaire