MORGAN DELT – Morgan Delt Toxique

(Trouble In Mind 2014)

Avec Internet et l’informatique, les moyens de s’enregistrer n’ont jamais été si accessibles. Trouver l’instrument rare est facile grâce aux sites spécialisés. Bidouiller les pistes d’un morceau sur un ordinateur est à portée de tous. Plus besoin d’être un ingénieur doublé d’un chineur pour proposer des sons étranges. Pour preuve, ces dernières années ont vu une démocratisation du savant fou de studio et une multiplication des disques psychédéliques lo-fi : White Fence, Orval Carlos Sibelius, Jacco Gardner, Maston, Forever Pavot… tous ces artistes ont conçu des petits opéras psychédéliques dans leur salon grâce au système D. 

De tous ces artistes solitaires aux idées foisonnantes inspirées de la musique hallucinée des années soixante, le californien Morgan Delt est le plus passionnant car il s’intéresse à un genre de psychédélisme déviant, celui des Pretty Things de « Defecting Gray » et des July de « Dandelion Seeds ». Au programme : sons distordus à tous les étages (voix déformées, guitares inversées, saturation), sonorités orientales, choeurs enfumés. L’album de Morgan Delt est un disque bizarre où l’auteur compose des mélodies délicates qu’il enrobe d’effets hallucinogènes. 

Techniquement, cet album de Morgan Delt n’a rien de neuf. La moitié de ses morceaux ont déjà été publiés en début d’année 2013 en cassette sur Burger Records avec la même pochette. Six titres qui nous ont accompagné toute l’année durant, en partie grâce à la page bandcamp de l’artiste. On ne vous cache pas que « Barbarian Kings » a tourné un paquet de fois, avec son refrain qui semble suspendu dans les airs. 

Ce qu’il y a de magnifique avec Delt, c’est qu’il n’hésite pas à fourrer toutes les idées qu’il a en tête dans un seul morceau, même si celui-ci ne dure que 3 minutes.  « Mr. Carbon Copy », avec sa mélodie à tiroirs qui accélère, ralentit puis s’emballe à nouveau, en est l’exemple type. Si Delt avait eu des prétentions prog, il aurait pu tirer l’affaire plus de huit minutes, mais en bon élève de Frank Zappa et Syd Barrett, le musicien en a fait une bombe psychédélique insaisissable.

Ainsi, plusieurs mois après la sortie de l’album, on reste ébloui par sa richesse et on découvre encore à chaque nouvelle écoute des choses qu’on n’avait pas perçues. A l’heure où le rock psychédélique vit un certain renouveau, symbolisé par Jacco Gardner, Temples ou même Tame Impala, Morgan Delt propose le trip le plus toxique du moment. Reste à voir ce que ça vaut sur scène désormais…

 

 

Tracklisting

1. Make My Grey Brain Green
2. Barbarian Kings *
3. Beneath The Black & Purple
4. Mr. Carbon Copy *
5. Obstacle Eyes
6. Little Zombies
7. Chakra Sharks
8. Sad Sad Trip *
9. Backwards Bird Inc.
10. Tropicana
11. Main Title Sequence

L’album est en écoute via Bandcamp : 

 

 

Vidéos

« Barbarian Kings »

 

« Obstacle Eyes »

 

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire