THE SIGHTS – The Sights Michigan Beat

(Sweet Nothing 2005)

La majorité des groupes garage de Detroit changent de line up à chaque album. Dirtbombs, GO, Wildbunch (aka Electric 6), Ko & The Knockouts, Hentchmen, Detroit Cobras, Von Bondies, Sights, se prêtent et s’échangent musiciens au point que l’on peut considérer que la ville entière n’est qu’un grand groupe aux noms multiples. Evidemment chacun de ces groupes s’articule autour d’un capitaine qui change d’équipage à chaque port.

Celui des Sights s’appelle Eddie Baranek, jeune guitariste que l’on a pu entendre sur l’excellent premier album de Ko & Knockouts – trio mené par la poupée chinoise Ko Shih, grande figure de Detroit et actuelle bassiste des Dirtbombs – et quelques morceaux des Come-Ons.

The Sights est le troisième album de son projet personnel après Are You Green? et Got What I Want, deux albums chauds et colorés qui ont valu aux Sights la réputation de « Small Faces de Detroit ». Toujours produit par Jim Diamond dans ses fameux Ghetto Recorders, cet album éponyme se démarque des précédents par l’omniprésence d’un orgue Hammond et un ton plus apaisé, entre ballades folk, country et pop sophistiquée.

Le renversant « Circus », qui ouvre l’album et dans lequel une fuzz et le hammond croisent le fer rappelle immanquablement le quatuor mod cokney mais marque aussi la fin de la comparaison. Le reste de l’album va piocher dans le rock sixties – toujours – mais s’oriente plutôt vers des groupes plus délicats, les Zombies étant apparemment la nouvelle obsession du chanteur-guitariste. Attention, nul choeur à quatre voix ici. C’est l’atmosphère mélancolique un peu jazzy centrée autour de l’orgue et de la douce voix du chanteur qui lie des morceaux comme « Scratch My Name In Sin », « Jealous Night », « Frozen Nose », « Suited Fine » à l’univers particulier d’Odessey & Oracles. L’exercice de style est réussi. Certain morceaux sont de pures pépites.

Plus loin encore dans le mellow, quelques pistes marchent sur les plates-bandes de groupes plus mainstream comme Procol Harum et les Bee Gees, preuve ultime de la transformation du groupe en groupe pop (dans le bon sens du terme). Ces influences n’ont rien de honteux (si si…). Si « Baby’s Knocking Me Down » est une mélopée comme les frères Gibb pouvaient en écrire a l’époque de « 1941 Mining Disaster », l’intro de « Good Way To Die… » rappellera immanquablement a.à certains les heures passées a écouter Third de Soft Machine.

Tout cela donne à « The Sights » un ton apaisé. Les morceaux d’inspiration plus habituelle chez Baranek comme la ballade folk « Waiting On A Friend » ou le morceau country « Backseat » – qu’on imagine bien joué dans un saloon – ne font pas monter le tempo. Seuls les deux moments réellement garage d’inspiration Seeds/Count Five, « Will I Be True » et « Just Got Robbed », rappellent que les Sights sont un groupe de rock’n’roll.

Cet album démarque – encore plus – les Sights des autres groupes de Detroit, les plaçant au niveau de la scène rock mondiale dans une niche ou seuls les Shins leur font compétition aujourd’hui. « The Sights » vaut bien le « Chutes Too Narrow » de ces derniers et demeure le meilleur album du trio a ce jour. Après le surprenant White Stripes, les Sights confirment que la scène de Detroit se porte bien et qu’elle évolue de façon inattendue.

 

 

Tracklisting : 

  1. Circus  *
  2. Will I Be True  *
  3. Scratch My Name In Sin
  4. Backseat  *
  5. Can’t Stand You
  6. Waiting On A Friend
  7. Baby’s Knocking Me Down
  8. Jealous Night
  9. Just Got Robbed
  10. Frozen Nose
  11. Suited Fine  *
  12. Good Way To Die

Le MySpace du groupe : www.myspace.com/thesights

 

Vidéo :

« Circus »

 

Vinyle :

Eric

Rédacteur en chef, webmonstre, tête de veau, suiveur de modes, mauvaise foi.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire