BLACK DIAMOND HEAVIES – A Touch Of Someone Else’s Class

Whiskey & cigarettes

(Alive Records 2008)

En deux albums en autant d’années, les Black Diamond Heavies de Nashville ont déjà marqué le microcosme blues-rock américain de leur classe. Souvent comparés au Black Keys pour leur formule en duo et leur approche puriste, John Wesley Myers et Van Campbell se démarquent du groupe d’Auerbach par leur formule batterie / orgue Hammond au son saturé. Ce qui plaît en premier chez les Black Diamond Heavies, c’est leur refus de tout compromis. Myers possède une voix caverneuse de clopeur invétéré qui évolue dans un registre similaire à Tom Waits ou Don Van Vliet et donne une touche d’authenticité au groupe (c’est un véritable instrument à elle seule). Si on ajoute à cela des compositions qui tiennent la route et un irrésistible son d’orgue épais et distordu, on n’est pas loin du nirvana blues-garage.

Sorti moins d’un an après l’excellent Every Damn Time, A Touch Of Someone Else’s Class est un album étrangement varié et éclectique. Si on ne sort jamais du canon blues, l’ambiance des morceaux varie d’une piste à l’autre, passant d’une ballade douce riche en instrumentations (clarinettes et cuivres sur « Biding My Time ») à une agression blues-garage à la saturation omniprésente (« Solid Gold »,  « Make Some Time », « Loose Yourself », soit la majorité des chansons de l’album) à un morceau groovy d’inspiration sixties (« Everythang Is Everythang ») puis à un boogie woogie lourd au son marécageux (« Number 22″, « Nutbush City Limit » d’Ike Turner repris ici magistralement).

Comme la moitié des groupes du label Alive Records en 2008, A Touch Of Someone Else’s Class a été enregistré et produit par Dan Auerbach des Black Keys. Avec son expérience du studio et sa connaissance du blues, il a donné une dimension nouvelle au groupe en lui faisant gagner de l’envergure et de la puissance. A l’écoute du monstre qu’est A Touch Of Someone Else’s Class, le premier album du groupe Every Damn Time sonne étouffé, inoffensif presque.

Ce faisant, Auerbach vient de propulser les Black Diamond Heavies parmi les poids lourds du blues-rock actuel et reléguer au second plan son dernier album avec les Black Keys (Attack & Release, produit par Danger Mouse, disque bien foutu mais plutôt propret si on le compare à A Touch Of Someone Else’s Class). Auerbach pourrait regretter d’avoir transmis le feu divin au Black Diamond Heavies, car en attendant son premier album solo prévu pour début 2009 ce sont eux désormais qui font figure de référence en matière de blues sale et rugueux.

  

 

Tracklisting : 

1.Nutbush City Limit  *
2.Everythang Is Everythang
3.Numbers 22 (Balaam’s Wild Ass)  *
4.Bidin’ My Time  *
5.Take A Ride
6.Solid Gold  *
7.Smoothe It Out
8.Make Some Time  *
9.Oh, Sinnerman
10.Loose Yourself
11.Happy Hour

Pour écouter quelques morceaux : www.myspace.com/blackdiamondheavies

 

Vidéo :

« Make Some Time » :

 

Vinyle :

BLACK DIAMOND HEAVIES - A Touch Of Someone Else's Class

 

10 Commentaires sur BLACK DIAMOND HEAVIES – A Touch Of Someone Else’s Class

  1. Ils passent fin février en concert, quasi en bas de chez moi (wattrelos), j’y ferais un saut !
    la voix est assez rude sinon, à voir !!

  2. C’est vrai que j’avais bien aimé le précédent… alors si celui-ci est bien meilleur… je vais courir l’acheter !
    Brimstone Howl, Radio Moscow, Black Diamond Heavies… on plaisante plus aux states !

  3. blues sale et rugueux : une parfaite définition :) On dirait John Spencer rencontre Jimmy McGriff. Bref du bon, même s’ils abusent parfois de la saturation, j’essairais de pas louper leur concert.

  4. Les Black Diamond Heavies sont de passage en France, pour Paris ce sera à la Mecanique Ondulatoire le 16/02 !

  5. hey ai fait une sale chronique de ce disk sale!

    hey, administrator, comment avez-vous réussi un fond de blog aussi beau? je veux le même (mais pas avec les mêmes disques)

    pice:: 

  6. Vu ce dui hier soir, en suit encore sur les rotules ! Puissant, violent, je redoutais la voix trop apre sur le net.Ici en live retournant.
    j’en redemmendes !

  7. Voir ce groupe en live est indispensable pour remettre les pendules à l’heure ! Les Black Diamond Heavies SONT le rock and roll !!!

  8. Putain, je suis vert! Je me suis rendu compte le lendemain de leur concert qu’ils passaient a Rennes… Ecoeuré… J’ai fait le même coup y’a quelques mois avec The Urges. Je suis vraiment un tocard.

  9. Et bien une fois de plus merci pour cette découverte, c’est tout bonnement énorme ! Dégouté d’avoir loupé leur concert parisien… Marrant que t’aies pas évoqué le Lemmy Motorhead à propos du chanteur ? M’enfin Beefheart ça reste le même registre.
    Et quelle prod’ ! Sacré bon disque !

  10. Quelqu’un a déjà jeté une oreille sur leur EP de 2004 « You Damn Right »?

    A l’époque le groupe était un trio, avec Mark « Porkhop » Holder qui tient la guitare et pose sa voix sur la moitié des pistes.

    https://www.youtube.com/watch?v=tYAd8CXPxvI (Le batteur n’est pas celui de Black Diamond Heavies, mais ça donne une idée de la formation du groupe de l’apoque)

Laisser un commentaire