(1979 Sire)

The Undertones sont un des groupes les plus injustement méconnus en France. Quand, une fois tous les trois ans en moyenne, on entend parler d’eux, c’est immanquablement pour vanter les qualités de « Teenage Kicks », la chanson popularisée par John Peel. Le groupe a pourtant sorti d’excellents albums (dont celui-ci, mais aussi le second, Hypnotyzed, qui a été publié moins d’un an après The Undertones).

Originaires de Derry (Irlande du Nord), le groupe est créé en 1975 par les frères O’Neill : John, le guitariste principal, qui écrit la plupart des morceaux, et Damian (guitare/claviers), qui recrute des collègues de lycée, dont celui qui devient le chanteur du groupe : Feargal Sharkey, à la voix identifiable entre toutes. Influencés par le punk US (principalement par les Ramones et les Stooges), les Undertones ne font pas de la musique avec comme plus grande ambition d’effrayer le bourgeois, mais plutôt celle de jouer de bons morceaux, pour oublier – et faire oublier à leur public – leur quotidien de violence. Le groupe est en réalité aussi punk que pop : cette situation, impensable en France, est une réalité dans les pays anglo-saxons, et les Undertones sont un des meilleurs groupes des années charnières entre les décennies 1970 et 1980.

Cet album, sorti quelques mois après le succès de « Teenage Kicks » en single (#31 des charts britanniques), est un disque consistant qui renferme de nombreuses pépites oubliées. Dès le premier morceau, « Family Entertainment », le son du groupe surprend ceux qui s’attendent à un album de punk : la base rythmique, parfaitement maîtrisée, sonne un peu synthétique, et les claviers semblent curieux, avant d’apparaître comme deux évidences, tant les compos sont excellentes. Le groupe avait en effet en la personne de John O’Neill un guitariste à la qualité d’écriture rare, et qui avait fait le choix de l’immédiateté : les chansons enregistrées par les Undertones sont courtes (souvent moins de deux minutes, jamais plus de trois !).

Les riffs de guitare sont cinglants (« Here comes the Summer », « Jimmy Jimmy », « True Confessions »), les chœurs sont toujours réjouissants (« Girls don’t like it » ; « Wrong way », « Listening in »), et la voix aberrante de Sharkey qui trône au-dessus de l’ensemble : sa diction et son timbre uniques parachèvent les constructions musicales bâties par le groupe. Les dix-huit pistes de ce disque s’enchaînent à merveille : ce premier album des Undertones est enthousiasmant ; un véritable feel-good-album, qui, sous des apparences simples, est devenu un implacable classique. L’album renvoie la plupart de ses concurrents directs à des années-lumière : combien d’autres groupes de l’époque peuvent se targuer d’avoir enregistré autant de bons morceaux que les Undertones ?

 

 

Liste des chansons :

1. Family Entertainment *
2. Girls Don’t Like It *
3. Male Model
4. I Gotta Getta
5. Teenage Kicks *
6. Wrong Way
7. Jump Boys
8. Here Comes the Summer *
9. Get Over You *
10. Billy’s Third *
11. Jimmy Jimmy *
12. True Confessions *
13. (She’s A) Runaround
14. I Know a Girl
15. Listening In
16. Casbah Rock

 

Une paire de vidéos des Undertones pour la route :

“Teenage Kicks”

 
“Here Comes The Summer”
 
 
“Get Over You”