(Echo 2005)

Howl est une des bonnes surprises de la rentrée. On n’avait été que très moyennement convaincu par les deux premiers albums de Black Rebel Motorcycle Club, groupe surestimé ayant eu le mérite d’éclore au meilleur de la vague garage rock. L’emballement général de la presse avait surpris… presque autant que le mépris affiché pour le trio ces jours-ci.

Après deux disques à vainement jouer les Jesus & Mary Chain en se la jouant motard rebelle hyper cool – quelques chansons sont à sauver quand même -, BRMC revient après avoir fait sa révolution intérieure. On oublie le côté poseur, on débranche les guitares et on met la disto au placard. Le changement est radical… et salutaire.

La rythmique, libérée de la bouillie sonore qui faisait le son particulier du groupe, devient élastique et révèle les racines blues du groupe. Car c’est de cela qu’il s’agit ; Howl est un grand disque de musique américaine. Country, blues, folk sont au programme de ce disque d’americana qui ne doit (presque) rien à Bob Dylan et va puiser son inspiration directement dans la musique noire selon l’axe Chicago/Memphis.

On y trouve des chansons de bluesmen désanchantés (« Howl », « Restless Sinner »), des ballades folk acoustiques (« Still Suspicion Holds You Tight »), des morceaux d’inspiration bluegrass (« Fault Line », l’ouverture « Shuffle Your Feet », l’extraordinaire single « Ain’t No Easy Way »), du folk-rock de facture classique (« Sympathetic Noose ») ou cryptique (« The Line »), un gospel blanc (« Gospel Song »). Tout cela serait vain si les chansons – très bien écrites – ne portaient en elle une authenticité pas entendue depuis les Soledad Brothers. La mue de BRMC révèle un groupe du même nouveau que ces derniers.

Au milieu de cet ensemble revivaliste, on trouve quelques inclusions étonnantes, telle cette ballade sentimentale plus proche des Beatles que de Blind Willie McTell (« Promise ») ou cette chanson pop du même genre (« Weight Of The World »)… et puis, avouons-le, l’ombre du Dylan politique plane quand même fortement sur un morceau comme « Complicated Situation » – un des meilleurs de l’album comme par hasard…

Il est difficile de trouver quoi que ce soit à redire à cet excellent album qui relance l’intérêt pour un groupe dont on se foutait complètement. En revenant à ses racines, BRMC a retrouvé une authenticité et une immédiateté qui manquait à ses deux premiers albums. On approuve.

http://www.blackrebelmotorcycleclub.com

 

 

Tracklisting :

  1. Shuffle Your Feet *
  2. Howl
  3. Devil’s Waitin’
  4. Ain’t No Easy Way *
  5. Still Suspicion Holds You Tight
  6. Fault Line *
  7. Promise
  8. Weight of the World
  9. Restless Sinner *
  10. Gospel Song
  11. Complicated Situation *
  12. Sympathetic Noose
  13. Line

L’album est en écoute sur Deezer : www.deezer.com/fr/music/home#music/black-rebel-motorcycle-club/howl-391167

 

Vidéos :

« Ain’t No Easy Way » (live)

« Howl »

 

Vinyle :

Le disque vinyle de Howl est un objet à la hauteur de l’album.