Isobel CAMPBELL & Mark LANEGAN – Hawk Une affaire qui dure

(Vanguard / V2 ; 2010)

Après une excellente première collaboration (en particulier le début de Ballad of the BrokenSeas), et un deuxième disque plus qu’honnête (Sunday at Devil Dirt), Isobel Campbell et Mak Lanegan proposent en cet été 2010 leur troisième album commun. Comme pour les précédents, Campbell, l’ancienne violoncelliste de Belle&Sebastian est le cerveau qui crée la majeure partie des morceaux (elle prend en charge l’écriture, les arrangements et la production). Cet album est donc avant tout le sien : elle semble avoir pris de l’assurance, non seulement en tant que compositeur, mais aussi dans ses arrangements ; il faut surtout lui reconnaître l’intelligence de bâtir des morceaux sur lesquels la voix de Lanegan fait merveille.

Présent sur huit des treize morceaux que compte l’album, Lanegan apparaît (comme toujours) difficile à cerner. Il semble porter sa voix comme un fardeau trop lourd, et se contente de faire ce qu’il doit faire, aussi sobrement que possible. Une fois de plus, son timbre sombre transcende véritablement les compositions. Cette voix, qui continue d’inspirer et de fasciner Campbell (ce qui est compréhensible), est le point central des morceaux, partout où elle se trouve. Le morceau d’ouverture de l’album, « We die and see beauty reign », est un des beaux moments du disque, où les voix de Lanegan et de Campbell s’accordent à merveille pour un duo mémorable.

Plus encore que ces prédécesseurs, ce disque est délibérément ancré dans l’imagerie américaine, et plus précisément, dans les représentations de l’espace nord-américain par Campbell. Cela se traduit par une diversité dans les styles et les orchestrations des morceaux présents sur cet album : slide guitar sur « Snake song », piano et violons sur « Come undone », rock sudiste électrique « Get behind me », saxophones criards sur « Hawk ».Il est évident que l’album possède une couleur foncièrement americana, ce qui pourrait en dérouter plus d’un(e). Hawk contient également deux reprises de Townes Van Zandt, compositeur classieux et estimé : « Snake song» et « No place to fall ».

L’apparition de Willy Mason, un chanteur et compositeur dont on avait perdu la trace depuis quelques temps, est surprenante. Sa voix tranche en effet de façon singulière avec l’ambiance jusque-là présente sur l’album. Campbell fait ainsi plusieurs infidélités à Lanegan : elle interprète avec Mason les morceaux « Cool water » et « No place to fall », et se charge seule de « Sunrise » et de« To Hell & Back again ».

Si l’album souffre de quelques errances et de certaines longueurs (notamment la chanson-titre, qui se perd en conjectures sans jamais trouver sa voie), et que la qualité des compositions semble moins élevée que celle des disques précédents, Hawk est cependant globalement réussi, et devrait plaire aux amateurs de ce duo. Pour les autres, il n’y aura pas grand-chose d’extraordinaire à découvrir dans ce disque.

 

 

Liste des chansons :

  1. We die and see beauty reign*
  2. You won’t let me down again
  3. Snake song (Townes Van Zandt)
  4. Come undone *
  5. No place to fall (Townes Van Zandt)
  6. Get behind me
  7. Time of the season
  8. Hawk
  9. Sunrise
  10. To Hell & back again
  11. Cool water
  12. Eyes of green *
  13. Lately

L’album sur Deezer : www.deezer.com/fr/#music/isobel-campbell-mark-lanegan/hawk-633488

  

Vidéos :

« You Won’t Let Me Down Again »

 
« Cool Water »
 

Rémi

Rédacteur amiral, plombier polonais, dépoussiéreur d'étagères, objectivité totale.

1 Comment

  1. « Ballad of the broken seas » est un tres bon disque. Je ne connais pas le second. Celui ci souffre effectivement de certaines longueurs. Dommage ! De tres bon morceaux tout de
    meme. 

Laisser un commentaire